Prévenir vaut mieux que guérir, a-t-on l’habitude d’entendre. Pour s’engager dans la lutte contre une maladie chronique comme le VIH et le SIDA, cela demande un courage d’acier, le respect des personnes, le non jugement et de l’engagement ; surtout lorsqu’il s’agit d’une prise en charge globale (médicale et psychosociale) des personnes vulnérables.


Et pourtant, c’est ce travail de titan que l’Association de Recherche de Communication et d’Accompagnement à Domicile de personnes Vivant avec le VIH (ARCAD SIDA) s’attèle à faire tous les jours à travers ses multiples activités depuis vingt ans.


Créée en 1994, ARCAD-SIDA est l’une des premières associations maliennes intervenant dans la lutte contre le VIH.


Depuis 1996, elle accompagne le Ministère de la Santé dans la décentralisation de l’accès aux soins auprès des personnes vivant avec le VIH (PVVIH) à travers la création d’un site communautaire appelé Centre d'Écoute, de Soins, d'Animation et de Conseils (CESAC de Bamako) et des Unités de soins et d’accompagnement (USAC) intégrées au sein des Centre de Santé de Référence (Csref).


Sa démarche est une approche participative des populations concernées dans leur propre prise en charge et la prise en compte de leurs besoins spécifiques. Elle œuvre inlassablement avec les personnes infectées et affectées par le VIH et leurs proches à améliorer les conditions de prise en charge médicale, psychosociale et économique. Ce qui fait d’elle une association ayant comme principe fondamental la confidentialité, l’éthique et l’équité des traitements pour Tous.


Pour ce faire, elle a à ses actifs 16sites de prise en charge psycho-médicale. Ces sites sont :


CESAC de Bamako, CESAC Mopti ; USAC-CV ; USAC Koulikoro ; USAC –CI ; USAC CNAM ; USAC CIV ; USAC Kati ; USAC-Fana ; USAC Gao ; USAC –CVI, Clinique les Halles, USAC-Kita, USAC Koutiala, USAC-Nioro, USAC Kayes,




Les groupes cibles de l’Association sont la population générale composée de Personnes Vivant avec le VIH (adultes et enfants) et les Groupes Vulnérables composés de Professionnelles de Sexe ; les Hommes ayant le Sexe avec d’autres Hommes ; les Jeunes/Adolescents, la Population Carcérale, les Personnes Handicapées.


Au jour d’aujourd’hui, sur les sites de traitement, ARCAD assure le suivi régulier sous ARV de 14 525 soit 50,6% des 28725 patients suivis dans le pays au 31/12/13.




Je ne saurais terminer mes propos, sans remercier vivement nos Partenaires Techniques et Financiers, qu’ils soient nationaux ou internationaux qui ont été toujours aux côtés d’ARCAD-SIDA pour le Bien Être de nos chers Patients !


Dr DEMBELE Bintou KEITA
Chevalier de l'Ordre National